- Accueil - Bibliographie - Carte générale - Autres randonnées - Liens - M'écrire -


Tour des massifs de la Civetta et de la Moiazza

Jour Altitude départ Altitude max Dénivelée montée Dénivelée descente Horaire Difficulté Photos
1 1 610 m 1 933 m 670 m 560 m 4 h R1 4
2 1 714 m 2 258 m 1 300 m 880 m 6 h 30 R3 8
3 2 132 m 2 327 m 530 m 970 m 6 h R4 9

Schéma d'ensemble Civetta-Moiazza


Impressions générales

Premier jour : du passo Duran au refuge M. Vazzoler : étape relativement courte, sans difficulté technique. On passe au pied des parois de la Moiazza et de l'extraordinaire Torre Trieste, (700 m de quasi verticalité !).

Deuxième jour : du refuge M. Vazzoler au refuge Sonino al Coldai : au lieu du sentier classique, un peu court, je vous propose de compléter cette étape par le tour du Mont Alt de Pelsa. L'ensemble forme une étape superbe, variée, longue, tout à fait recommandable pour des personnes entraînées. Mais le sentier normal, que l'on retrouve pratiquement où on l'a quitté, est déjà magnifique, avec la présence impressionnante de la face NW de la Civetta.

Troisième jour : du refuge Sonino al Coldai au passo Duran : longue étape, très belle, plus sauvage que les deux précédentes, plus technique également. C'est un catalogue des petites difficultés que l'on peut rencontrer lorsqu'on fait une traversée d'un massif calcaire : pierriers à la montée et à la descente, ravins à traverser, passages et vires exposées, aménagées ou non, avec un final... inattendu. Elle comporte le passage le plus difficile du circuit : la traversée de la forcella Inferiore di Crepa Bassa.

Cette traversée étant exposée à l'Est, on est au soleil pratiquement constamment, ce qui est éprouvant dans la montée sous la forcella delle Sasse.

Source

perso

Carte

Tabacco 015 Marmolada - Pelmo - Civetta - Moiazza

Départ

Passo Duran. De Venise, prendre l'autoroute A27 en direction de Belluno jusqu'à son terminus (au delà de Ponte nelle Alpi). Continuer tout droit par la SS51 en direction de Cortina d'Ampezzo. A Longarone prendre à gauche la SS251 jusqu'à Dont. Prendre à gauche la route du passo Duran. En venant de France, faire son itinéraire avec Mappy, qui, contrairement à Via Michelin, identifie correctement le passo Duran.


- Premier jour - Deuxième jour - Troisième jour - Haut de page

Premier jour : du passo Duran au refuge M. Vazzoler

Le sentier, très fréquenté, fait partie de la "haute route n°1" des Dolomites" (alta via Nr 1). Il est bien repéré sur la carte Tabacco. J'en donne donc un descriptif succinct.

Du passo Duran on rejoint rapidement la piste carrossable qui mène au refuge Carestiato, très bien placé sur une sorte d'éperon rocheux. Du refuge, on atteint très vite par un bon sentier le départ de la via ferrata Costantini. Le parcours devient dorénavant plus accidenté au pied des impressionnants contreforts de la Moiazza : il passe par la forcella del Camp et le col d'Ors, d'où la partie sud du massif de la Civetta se révèle.

Après une descente à travers bois et la traversée d'un ravin pierreux, on rattrape la piste carrossable venant de Listolade et desservant le refuge Vazzoler.


Schéma deuxième jour Schéma troisième jour Premier jour



forcella del Camp col d'Ors Torre Trieste Torre Venezia



- Premier jour - Deuxième jour - Troisième jour - Haut de page

Deuxième jour : du refuge M. Vazzoler au refuge Sonino al Coldai

La description ci-dessous détaille la variante que nous avons prise et qui fait le tour du Mont Alt di Pelsa. Cette superbe variante est évidemment facultative, et doit être effectuée dans de bonnes conditions, car certains passages sont exposés et peuvent être glissants. Le parcours du sentier classique, très fréquenté, ne pose quant à lui aucun problème particulier.

Du refuge Vazzoler, suivre le chemin classique que l’on quitte assez vite après être passé au pied de la torre Venezia. Au premier carrefour de pistes, prendre celle de gauche (barrière) : elle effectue bientôt un large virage à droite et débouche à la grande prairie du col del Camp. Quitter la piste et traverser la prairie en direction SW pour chercher à sa lisière une trace d'abord peu marquée, mais qui se transforme en un sentier très agréable : celui-ci monte tranquillement jusqu’à l’arête, aux environ du débouché de la via ferrata des Fiamme Gialle (belle vue sur la vallée de Cencenighe, et la Marmolada, ainsi que sur la vire de sortie du couloir que l'on prendra tout à l'heure).

Une petite traversée mène au départ d’un couloir que l’on descend sur 200 mètres (descente raide, mi-rocheuse mi-caillouteuse, attention aux chutes de pierres, un petit mur raide à la fin de 3 mètres à descendre, I inf). On quitte le couloir par une très belle vire, assez impressionnante, qui rappelle tout à fait les « sangles » que l’on trouve en Chartreuse ou en Vercors. Celle-ci se prolonge par un parcours moins raide sous le versant ouest du Monte Alto di Pelsa.

Après une courte montée, le sentier descend vers une cuvette herbeuse parsemée de gros blocs où il devient moins facile à suivre, puis s’enfonce dans la forêt et descend jusqu’au joli petit bivouac du col Mandron (place pour 8 personnes, couchettes, couvertures, eau à 400 m sur le sentier du col Mandron).

Du bivouac, le sentier rejoint le couloir menant au col Mandron d’abord à l’horizontale, passe devant la source précitée, traverse une petite gorge (passage équipé, très facile), puis remonte une rampe raide, étroite et exposée (passage équipé, sans problème à la montée). Le couloir proprement dit se remonte très facilement jusqu’au col où, après une courte descente raide suivie d’une traversée, on rejoint le sentier classique à la sella di Pelsa.

La suite jusqu’à Coldai est encore assez longue mais très fréquentée, avec une vue permanente sur l’immense paroi nord ouest de la Civetta (gare aux torticolis !) : descente à la cabane du col Rean, montée au col Rean, sous le refuge Tissi, redescente et montée au col Negro di Coldai, petite descente jusqu’au lac, petite remontée (la dernière !) jusqu’au refuge Sonino al Coldai.

Le refuge occupe une situation superbe, avec un panorama très ouvert : le Pelmo à gauche, des montagnes à perte de vue à l’horizon : c’est époustouflant.


Schéma premier jour Schéma troisième jour Deuxième jour



Col d'Ors Col del Camp Couloir bivouac du col Mandron Rampe Cima de Gasperi Civetta Lac d'Alleghe



- Premier jour - Deuxième jour - Troisième jour - Haut de page

Troisième jour : du refuge Sonino al Coldai au passo Duran

Le sentier commence par gagner une épaule bien visible du refuge. Plus loin, on grimpe sur les flancs de la torre Coldai (passage aménagé). Traversée d’un pierrier facile, puis une nouvelle vire aérienne mais facile sous la torre d’Alleghe mène au point de départ de la via ferrata Alleghesi qui monte à la Civetta.

Au-delà le sentier descend dans un paysage varié : dalles rocheuses, pierriers, chaos de blocs, ravin. Il contourne une arête au pied d’une très belle dalle pour retrouver le départ de la voie normale de la Civetta. Le sentier continue à descendre en terrain assez facile puis contourne l’importante arête que projette la Civetta au Sud-Est : d’abord par une traversée de pentes raides, puis une remontée vers la forcella delle Sasse, raide sur environ 300 m de dénivelée (pénible sous le soleil), jusqu’au départ du sentier Angelini. Celui-ci traverse assez commodément jusqu’au planeau herbeux et tout à fait bienvenu du col del Vant, d'où l'on découvre la suite de l'itinéraire jusqu'à la forcella Inferiore di Crepa Bassa.

Le sentier descend de l’autre côté de nouveau sur un terrain varié : pierriers, chaos de blocs... La remontée vers la forcella commence par un pierrier un peu pénible mais pas très long, puis une vire facile mais qui se termine par un pas un peu délicat (cotation : I) qui permet de prendre pied dans un couloir assez facile jusqu’au col. La descente, aérienne, d’abord facile, devient plus raide et demande de l’attention (elle est comparable à la descente du pas de l’Oeille dans le Vercors, en plus délicat). Elle se termine par un couloir rocheux très raide sur 15 m (cotation : I), suivi de deux pas de désescalade (cotation : I+, 3 broches en fer).

La sentier reprend jusqu’au bivacco Grisetti en passant devant une source aménagée. Plus bas, le sentier, d’abord assez tranquille, plonge bientôt très raide dans un couloir sur plusieurs centaines de mètres, jusqu’à un croisement de sentiers. De ce point, contrairement à ce qu'indique la carte Tabacco, il faut continuer à descendre avant de traverser en direction du passo Duran.

L’étape se termine par une longue remontée en pente douce vers le passo Duran en traversant de nombreuses zones marécageuses, un peu inattendues à cet endroit.

Schéma premier jour Schéma deuxième jour Troisième jour



Refuge Sonino al Coldai Premiers rochers Sur l'épaule Vers le refuge Passage équipé Torre di Valgrande Dans la remontée sous la forcella delle Sasse Col del Vant Source


- Accueil - Haut de page - Bibliographie - Carte générale - Autres randonnées - Liens - M'écrire -